Home Science Dans les Andes, des souris championnes de la vie en altitude

Dans les Andes, des souris championnes de la vie en altitude

by admin
Dans les Andes, des souris championnes de la vie en altitude

Les souris sont partout. Sur tous les continents – excepté l’Antarctique –, sous presque toutes les latitudes, dans la moindre île du Pacifique. Les déserts les plus arides, les forêts les plus humides, les campagnes comme les villes, constituent pour elles autant de terrains de jeu. « Elles peuvent faire leur nid dans un frigo et supportent des chaleurs extrêmes, insiste Christiane Denys, professeur de géologie au Muséum national d’histoire naturelle, spécialiste des rongeurs. On sait qu’elle s’adapte à tous les milieux. Mais à une telle altitude, c’est vraiment impressionnant. »

Une équipe de l’université du Nebraska vient, en effet, de montrer qu’une espèce de souris nommée Phyllotis vaccarum était installée depuis des décennies dans la cordillère des Andes à des altitudes supérieures à 6 000 mètres. Dans une correspondance publiée dans la revue Current Biology, elle relate la découverte au sommet de trois volcans, au Chili et en Argentine, au-dessus du désert de l’Acatama, de treize cadavres de ces rongeurs naturellement momifiés. « Chez les mammifères, il s’agit sans aucun doute d’un record, et de loin », insiste Jay Storz, biologiste à l’université du Nebraska, qui a fait cette découverte.

Pour ce spécialiste de l’adaptation animale aux environnements extrêmes, l’aventure a commencé en 2019, quand un couple de montagnards lui a rapporté, images à l’appui, leur observation d’une souris courant dans la neige sur les hauteurs du Llullaillaco, à 6 205 mètres. Des températures constamment négatives, un vent permanent et violent, un niveau d’oxygène évalué à 44 % de celui régnant au niveau de la mer : le biologiste peine à y croire. L’année suivante il organise, avec des collègues chiliens, une expédition sur les flancs du volcan. Il y découvre de nombreux rongeurs jusqu’à 5 100 mètres. Le jackpot, il le décroche au sommet : un Phyllotis vaccarum, avec sa robe marron, sa croupe jaune et ses grandes oreilles en forme de feuilles gambadant à 6 739 mètres.

Treize rongeurs momifiés, conservés intacts par le froid

S’agissait-il d’un accident, un individu isolé échappé du sac à dos d’un alpiniste ? L’équipe conduit des expéditions sur trois nouveaux volcans de la région, le Salin (6 029 mètres), le Pular (6 233 mètres) et le Copiapo (6 052 mètres). Elle y observe de nombreux individus installés entre 5 100 mètres et 5 850 mètres. En revanche, aucune souris ne semble pointer son museau au-delà de 6 000 mètres. Mais l’équipe trouve presque mieux : treize individus momifiés, conservés intacts par le froid, et les restes de quelques autres.

Il vous reste 40% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source Link

Related Articles

Leave a Comment

Pierre Rayer News
Universal scientific discoveries