Home Environment A Dubaï, une COP28 sous influence pétrolière

A Dubaï, une COP28 sous influence pétrolière

by admin
A Dubaï, une COP28 sous influence pétrolière

Forcément, organiser la grand-messe annuelle du climat aux Emirats arabes unis, le cinquième pays le plus émetteur de CO2 par habitant, peut déjà poser question. A fortiori dans une ville, Dubaï, gagnée sur le désert et symbole de tant d’excès climatisés. Mais c’est la figure du président de la COP28, choisi par l’Etat organisateur, qui, ces dernières semaines, a cristallisé les interrogations : lors du sommet organisé du 30 novembre au 12 décembre, c’est à Sultan Ahmed al-Jaber qu’il reviendra de mener à bien les négociations entre les quelque 200 pays représentés.

La suite après la publicité

Un rôle crucial pour celui qui est, d’ordinaire, ministre de l’Industrie, président de la société d’énergie renouvelable Masdar, mais aussi – et c’est là que ça coince – directeur général de la compagnie nationale d’hydrocarbures des Emirats arabes unis, baptisée Adnoc, en capacité de produire plus de 4 % du pétrole échangé chaque jour sur le marché mondial.

Cette année, les négociateurs auront pour objectif de faire un premier bilan de l’accord d

Cet article est réservé aux abonnés.

Débloquez tous les articles immédiatement et sans engagement.

En choisissant ce parcours d’abonnement promotionnel, vous acceptez le dépôt d’un cookie d’analyse par Google.



Source Link

Related Articles

Leave a Comment

Pierre Rayer News
Universal scientific discoveries