Home Environment Epinglé pour ses nombreux déplacements en avion, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu « assume »

Epinglé pour ses nombreux déplacements en avion, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu « assume »

by admin
Epinglé pour ses nombreux déplacements en avion, le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu « assume »

Un problème ? Quel problème ? Le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu « confirme et assume » ses vols en avion d’affaires, a-t-il déclaré sur Franceinfo mercredi 6 décembre au soir, après s’être fait épingler par le journal local angevin « la Topette ».

« Tous ces déplacements sont liés à du travail et si demain, dans les mêmes circonstances, je suis amené à reprendre des avions dans ce cadre-là, je le ferai », a justifié le ministre.

La suite après la publicité

Quand « il n’y a pas de ligne commerciale ou dans le cas où il y a une catastrophe ou un événement, j’utilise des avions-écoles de la DGAC [direction générale de l’aviation civile, NDLR] », a affirmé Christophe Béchu, qui a mentionné plusieurs cas « d’urgences » tels que « des incendies dans les Pyrénées » ou encore « des inondations dans la Vésubie » qui justifiaient ce mode de transport.

Faut-il avoir honte de prendre l’avion ? (et pourquoi ?)

Dans son enquête parue le 30 novembre, le journal angevin – basé à Angers, terre d’élection du ministre – dénombre six déplacements entre le 31 juillet et le 14 novembre, pour un total de « plus de 12 000 kilomètres » et « 23 tonnes de CO2 », selon ses calculs. Il note également que le ministre a parfois utilisé l’avion pour se rendre simplement à des congrès d’élus.

Une règle et des entorses

« Depuis que je suis ministre, j’ai fait entre 100 et 130 déplacements », a précisé l’ancien maire d’Angers, qui a affirmé appliquer « les règles de la convention citoyenne », à savoir prendre le train lorsqu’il s’agit d’un trajet de moins de trois heures, l’avion au-delà de quatre heures.

Le ministre de la Transition écologique a reconnu toutefois qu’il avait pris l’avion entre Metz et Paris, soit deux villes séparées par moins d’une heure trente de TGV. « Je n’avais pas d’autre option pour aller à Metz que d’utiliser l’avion puisque je partais du Pas-de-Calais, et comme l’avion rentrait ensuite, au lieu qu’il rentre à vide, il m’a ramené » au lieu de prendre « un train », a-t-il expliqué. « Il n’y avait pas de meilleure option » lors de chacun de ces vols, « je vous le confirme de manière totalement tranquille », a répété Christophe Béchu.

La suite après la publicité

« Un Marseille-Londres en avion peut coûter 25 euros… et 300 en train le même jour » : pourquoi le rail est-il si cher ?

Contactée par « le Monde », une conseillère du ministre assurait que « la priorité est donnée » aux modes de transport « décarbonés, et en particulier au recours au train lorsque cela est possible » et que seuls 10 % des déplacements de Christophe Béchu se faisaient en avion.

Les déplacements en avion de membres du gouvernement sont souvent pointés du doigt. En 2022, le Premier ministre Jean Castex avait suscité la polémique en se rendant dans les Pyrénées-Orientales en Falcon pour aller voter au premier tour de l’élection présidentielle. En 2015, Manuel Valls, Premier ministre à l’époque, s’était rendu à Berlin pour assister à la finale de la Ligue des Champions de football à bord du même type d’avion.



Source Link

Related Articles

Leave a Comment

Pierre Rayer News
Universal scientific discoveries