Home Science la chercheuse Claire Mathieu démissionne du conseil présidentiel de la science

la chercheuse Claire Mathieu démissionne du conseil présidentiel de la science

by admin
la chercheuse Claire Mathieu démissionne du conseil présidentiel de la science

La chercheuse Claire Mathieu, directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en informatique, a démissionné le 21 décembre du conseil présidentiel de la science, en réaction à l’adoption, deux jours plus tôt par le Parlement, du projet de loi « immigration ».

« En effet, si au lieu de vous c’était l’extrême droite qui était au pouvoir, j’aurais refusé de participer à ce conseil. Or, la loi anti-immigration est une loi d’extrême droite, une loi xénophobe, d’exclusion et de repli sur soi », justifie la membre de l’Institut de recherche en informatique fondamentale (IRIF), dans un courrier directement adressé à Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron avait annoncé la création du conseil présidentiel de la science le 7 décembre. Constitué de douze membres de la communauté scientifique venus de différents horizons, ce groupe doit se réunir « au moins une fois par trimestre » pour discuter avec le chef de l’Etat, l’« alerter des dysfonctionnements » ou pointer des thématiques et projets nouveaux. Sans avoir pour objectif de définir la stratégie française, ni de rendre d’avis public.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Emmanuel Macron veut transformer l’organisation de la recherche

« Rien n’est clair, mais ce qui peut contribuer à rapprocher la science de la société est bon à prendre », expliquait au moment du lancement Claire Mathieu, médaille d’argent du CNRS et membre du futur conseil.

« Décrochage de la France en recherche »

Deux semaines après, l’ex-chargée de mission au ministère de l’enseignement supérieur lors de la conception de Parcoursup (2017-2018) ne se considère plus « capable » de poursuivre avec M. Macron la « conversation » sur les sciences visée par ce nouvel organe. « Se focaliser exclusivement sur la science en gardant une séparation étanche entre science et politique, dans le but de rapprocher scientifiques et politiques, cela a un côté absurde, conclut-elle dans son courrier. C’était une erreur de ma part que d’avoir accepté d’être dans ce conseil. »

Claire Mathieu n’est pas la première scientifique à avoir vivement désapprouvé le vote du projet de loi « immigration », qui prévoit notamment le durcissement des conditions d’octroi des prestations sociales aux étrangers, la fin de l’automaticité du droit du sol ou le rétablissement du délit de séjour irrégulier. Dans une tribune au Monde, le président-directeur général du CNRS, Antoine Petit, a alerté sur l’« image dégradée » de la France qui pourrait résulter du texte, laquelle « nuira[it] à l’ensemble de nos coopérations scientifiques internationales » et affecterait l’attractivité du pays en matière universitaire.

« Maintenant déjà il est difficile à nos jeunes chercheurs étrangers de régler leurs problèmes de visas, avait alerté le 20 décembre Mme Mathieu sur X. Demain ce sera pire, et ils iront donc dans un pays plus accueillant. Cela accentuera le décrochage de la France en recherche. »

Le Monde



Source Link

Related Articles

Leave a Comment

Pierre Rayer News
Universal scientific discoveries