Home Science Avec ses satellites, la start-up Kinéis trace les wagons, les conteneurs et même le bétail

Avec ses satellites, la start-up Kinéis trace les wagons, les conteneurs et même le bétail

by admin
Avec ses satellites, la start-up Kinéis trace les wagons, les conteneurs et même le bétail

La fenêtre de tir a été arrêtée pour un lancement à partir d’une base spatiale installée en Nouvelle-Zélande, sur la côte Pacifique de l’île du Nord. Entre le 10 juin et le 9 juillet, une minifusée Electron de l’américain Rocket Lab emportera cinq nanosatellites conçus par la start-up française Kinéis. Quatre autres tirs rythmeront les mois suivants, permettant de former une constellation de vingt-cinq satellites consacrée à l’Internet des objets, la première en Europe. Elle évoluera pendant huit ans à 650 kilomètres de la Terre sur une orbite polaire, dite « héliosynchrone ».

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Kinéis : des minibalises Argos pour tous

« Ainsi se concrétise la levée de fonds de 100 millions d’euros que nous avons faite voici quatre ans », apprécie Alexandre Tisserrant, le directeur général de cette entreprise toulousaine comptant une soixantaine de salariés, issue de la scission d’activités de la société Collecte localisation satellites (CLS) en 2018, une filiale du Centre national d’études spatiales (CNES).

L’objectif était de faire évoluer le système Argos, destiné aux programmes scientifiques comme le suivi d’animaux et d’oiseaux migrateurs, mais aussi la localisation des bateaux grâce à des liaisons satellitaires. Opéré depuis 1978 par CLS et le CNES, ce réseau a atteint ses limites, pénalisé par des coûts élevés mais aussi par des temps de réactivité très long, les données n’étant actualisées que toutes les deux ou trois heures.

Changement radical de dimension

Forte des avancées technologiques et de la miniaturisation des équipements, la start-up a conçu un satellite de la taille d’une boîte à chaussures d’une trentaine de kilogrammes, permettant à la constellation de fournir des données toutes les dix à quinze minutes. Quant aux balises, leur taille s’est aussi réduite à celle d’une boîte d’allumettes, voire d’un ongle, et leur poids s’est allégé, pouvant tomber à quelques grammes. La baisse des coûts a aussi permis de diviser les prix par dix, tant pour les objets connectés ramenés à 100 euros que pour les tarifs de connectivité.

Ces liaisons interactives quasi permanentes, indépendantes des systèmes de positionnement GPS et Galileo, ajoutent d’autres perspectives de débouchés à celui d’origine destiné à la surveillance environnementale. Cela va du suivi de conteneurs, de wagons, mais aussi du bétail… Un changement radical de dimension qui ouvre un marché de 300 à 500 millions d’euros par an.

Lire le décryptage : Article réservé à nos abonnés L’Europe spatiale à la recherche d’une sortie de crise

« Nous visons un tiers du marché à l’horizon de sept à huit ans », affirme le patron de Kinéis. Ce serait plus qu’un décuplement de l’activité comparé aux 8 millions d’euros d’aujourd’hui, l’objectif intermédiaire étant d’arriver à la rentabilité en 2026, en atteignant les 20 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Il vous reste 25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source Link

Related Articles

Leave a Comment

Pierre Rayer News
Universal scientific discoveries