Home Environment Huit choses à savoir sur « Riposte alimentaire », le collectif écolo qui a aspergé la Joconde

Huit choses à savoir sur « Riposte alimentaire », le collectif écolo qui a aspergé la Joconde

by admin
Huit choses à savoir sur « Riposte alimentaire », le collectif écolo qui a aspergé la Joconde

1. De la soupe sur la Joconde

En ce dernier dimanche de janvier 2024, deux militantes ont aspergé avec de la soupe la vitre blindée protégeant « La Joconde » au Louvre. Leur action, qui n’a pas endommagé le chef-d’œuvre, s’ajoute à la liste des opérations menées ces dernières années par des mouvements écologistes dans des musées

L’action a cette fois été revendiquée par un collectif baptisé « riposte alimentaire », et se présentant comme « une campagne de résistance civile française qui vise à impulser un changement radical de société sur le plan climatique et social ».

La suite après la publicité

Tableaux attaqués, matchs perturbés, tuyaux découpés : ce que les militants climat ont appris des suffragettes

2. Ex « Dernière rénovation »

Sur les réseaux sociaux, le collectif dévoile qu’il émane en réalité de « Dernière rénovation ». Dans une story Instagram, il annonce également que le mouvement « Dernière rénovation » devient « Riposte alimentaire ». Cette mobilisation, indique le mouvement auprès de l’AFP, « fait suite à la campagne dernière rénovation », qui a revendiqué plusieurs actions coup de poing ces derniers mois pour réclamer « un plan de rénovation thermique des bâtiments à la hauteur de l’urgence ».

Le jet de soupe sur « La Joconde » est cette fois présenté comme « le coup d’envoi (d’une) campagne de résistance civile, qui porte une demande claire, profitable à toutes et tous : la sécurité sociale de l’alimentation durable ».

Maculer un Van Gogh, est-ce bon pour le climat ?

3. Sacha et Marie-Juliette

L’une des deux jetteuses de soupe, au Louvre, le 28 janvier, s’appelle Sacha et a 24 ans. Selon le compte instagram du collectif, la même jeune femme avait déjà manifesté pacifiquement en avril 2022 pour demander au gouvernement d’agir pour la rénovation thermique des bâtiments.

La seconde jetteuse de soupe s’appelle pour sa part Marie-Juliette et est âgée de 63 ans.

La suite après la publicité

4. Avec les agriculteurs en colère

Ce dimanche 28 janvier, Riposte Alimentaire a appelé à « rejoindre les agriculteurs dans leurs mobilisations » la semaine prochaine et « refusent d’être cataloguées comme ennemies des agriculteurs ». Cet appel était également signé par Greenpeace, Alternatiba, les Amis de la Terre, France nature environnement, les Soulèvements de la terre, Attac, Youth for Climate, ou encore Extinction Rebellion et plusieurs dizaines d’autres associations et personnalités.

5. Deux poids, deux mesures ?

Le sénateur écologiste Yannick Jadot s’est indigné de la différence de traitements réservée par le gouvernement aux actions de blocage menées par les agriculteurs par rapport à celles des écologistes, qui, s’ils faisaient « le millième de ce qui se passe aujourd’hui », seraient « en prison et condamnés ».

Si le collectif Dernière rénovation [devenu « Riposte alimentaire » ndlr] « bloque une autoroute sur la question du climat pendant un quart d’heure, ils sont en garde à vue et les procès tombent, et les sanctions tombent », a observé Yannick Jadot.

6. Altercation avec Macron

Il y a un an, lors du Salon de l’Agriculture 2023, Emmanuel Macron s’était écharpé avec un membre du collectif Dernière rénovation. « Vous êtes la démonstration d’une forme de violence civique », lui avait-il assené, déplorant que le militant refuse le « débat ».

La suite après la publicité

Le jeune homme, qui arborait un t-shirt barré de la mention « A quoi tu sers ? », avait interpellé le chef de l’Etat en l’appelant à « écouter les rapports scientifiques » sur le changement climatique. « Je suis là pour vous dire qu’on n’arrêtera pas, parce qu’on n’en peut plus de demander gentiment. Entendez ça, sinon ça va être terrible. J’ai fini ce que j’avais à dire », avait-il lancé au chef de l’Etat. Sans succès.

7. La stratégie du happening

Adepte de la stratégie du coup d’éclat, le collectif Dernière rénovation, fondé début 2022, a aussi profité de plusieurs évènements fortement médiatisés pour alerter sur le climat : Tour de France, Roland-Garros ou cérémonie des César…

Le portail de l’hôtel de Matignon à Paris avait lui aussi été aspergé de peinture par des militants du collectif écologiste Dernière Rénovation en janvier 2023. Sur des vidéos relayées sur les réseaux sociaux, deux hommes en tee-shirt blanc sont maîtrisés sans résistance par les forces de l’ordre devant les portes maculées de peinture de la résidence officielle de la Première ministre Elisabeth Borne.

Au procès des militants qui avaient interrompu le Tour de France : « J’aimerais ne pas avoir à faire ça »

8. … et de la désobéissance civile

Depuis plusieurs années, une série d’opérations militantes a visé des œuvres dans des musées à travers le monde. En octobre 2022, deux jeunes femmes portant des t-shirts estampillés « Just Stop Oil » avaient ainsi projeté le contenu de deux boîtes de soupe à la tomate sur le chef-d’œuvre de Van Gogh les « Tournesols » à la National Gallery à Londres, avant de se coller au mur en criant : « Qu’est-ce qui vaut le plus, l’art ou la vie ? »

La suite après la publicité

Ce tableau était, lui aussi, protégé par une vitre.

Dans la tête des militants pour le climat

Plus largement, des mouvements de désobéissance civile ont aussi récemment perturbé des événements sportifs ou bloqué la circulation dans les pays occidentaux, pour dénoncer l’inaction des gouvernements et du monde économique.



Source Link

Related Articles

Leave a Comment

Pierre Rayer News
Universal scientific discoveries