Home Science « L’amour absolu m’est tombé dans les bras sous la forme d’un homme qui avait quarante ans de plus que moi »

« L’amour absolu m’est tombé dans les bras sous la forme d’un homme qui avait quarante ans de plus que moi »

by admin
« L’amour absolu m’est tombé dans les bras sous la forme d’un homme qui avait quarante ans de plus que moi »

Y a-t-il une vie au-delà de la Terre ? C’est la question que ne cesse de se poser Nathalie Cabrol. Aux Etats-Unis, l’astrobiologiste française de 60 ans passée par la NASA dirige le Carl Sagan Institute, premier centre mondial de recherche sur la vie dans l’Univers. Pour comprendre la planète Mars, cette chercheuse atypique, qui s’est mariée avec un homme de quarante-quatre ans plus âgé qu’elle, est devenue une plongeuse de l’extrême. Aujourd’hui, elle veut utiliser les technologies spatiales pour mieux saisir la menace climatique.

Je ne serais pas arrivée là si…

… Si je n’avais pas eu, toute petite, une passion pour le ciel et l’exploration. C’est une force qui me pousse sans cesse. Comme j’étais enfant unique, au lieu de jouer avec des frères et sœurs, je regardais les étoiles, j’explorais le petit univers autour de moi, l’étang de Saint-Cucufa, à Rueil-Malmaison, près de Paris, la pelouse derrière l’appartement de mes parents. Je dessinais. Je me posais beaucoup de questions. J’étais très introvertie, avec peut-être un syndrome d’Asperger.

D’où vient cette hypothèse ?

De certains signes. Depuis toujours, je lis les mots de droite à gauche dans ma tête, j’adore chercher des anagrammes, je suis ambidextre et j’aime écrire symétriquement avec mes deux mains en même temps… Dans des tableaux de chiffres, je peux repérer immédiatement celui que je cherche. Il y a quinze ans, j’ai fini par faire un test. Le score moyen est de 15, et celui des Asperger de 32. Moi, je me situais à 26. Donc pas encore au point où ça crée des problèmes, mais à un niveau qui peut expliquer ma difficulté à m’insérer dans des groupes, ma propension à me passionner pour des choses qui n’intéressent que moi, à connecter des éléments que d’autres ne connectent pas, ou encore à inverser les chiffres et les lettres… Dans mon travail, c’est un atout. Avec le temps, je pensais que cela s’était peut-être atténué. Mais j’ai refait le test il y a un an, et j’en étais à 29. C’est comme s’il y avait deux femmes en moi. Une professionnelle qui dirige le premier centre mondial de recherche sur la vie dans l’Univers et semble très à l’aise pour parler de l’espace, et une petite fille qui se referme quand cela ne va pas. Il y a quelque temps, j’ai dû monter dans un ascenseur avec vingt inconnus, et la petite fille que je suis restée s’est cachée derrière la seule personne qu’elle connaissait…

Lire aussi | Article réservé à nos abonnés Nathalie Cabrol, les pieds sur Terre, le cœur sur Mars

Comment cette enfant timide est-elle devenue une exploratrice intrépide ?

Je ne serais pas arrivée là sans ma mère. Elle a éveillé ma curiosité en me lisant Le Petit Prince, l’Enéide, l’Odyssée Et elle a été mon armure, mon château fort. Dans ma jeunesse, elle a mené tous les combats pour moi. Elle travaillait beaucoup, comme technicienne en radiologie, et ne m’a jamais couvée, mais je savais qu’elle serait toujours là le matin et le soir, quoi qu’il advienne. Elle avait confiance en moi, et m’a donné une confiance absolue en l’autre.

Il vous reste 80% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source Link

Related Articles

Leave a Comment

Pierre Rayer News
Universal scientific discoveries